l m m j v s d
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31
 
 
 
 
 
 
22 > 24 MAI
mer 22, 19H30 / jeu 23, 19H30 / ven 24, 20H30

Love me tender

D’APRÈS DES NOUVELLES DE RAYMOND CARVER
ADAPTATION ET MISE EN SCÈNE GUILLAUME VINCENT

Les histoires de couples écrites par Raymond Carver sont apparemment banales, mais l’acuité de son regard nous plonge dans le vertige ! Guillaume Vincent construit une histoire en forme de spirale, un couple est d’abord face à lui-même, puis face à un autre couple. Les huit interprètes donnent vie à des personnages à la fois drôles et pathétiques.

Raymond Carver n’a écrit que des poèmes ou des nouvelles : Je n’avais plus de patience pour m’essayer au roman. À l’orée de ma trentaine, j’ai renoncé à tous mes rêves de grandeur. Son œuvre est traversée d’insatisfaits, de paumés... de gens tout à fait normaux. Les histoires de Carver sont apparemment banales, pas d’histoires extraordinaires ni de grands drames, mais l’acuité du regard de ce fabuleux maître de l’ellipse nous plonge dans le vertige. Toutes ses nouvelles tournent autour du même thème : le couple. Guillaume Vincent en a choisi quelques-unes pour construire une histoire en forme de spirale. Un couple essaye patiemment de recoller les morceaux de son histoire. Puis un écrivain en panne d’inspiration et sa femme rendent visite à des amis, chez qui ils ont habité sans jamais les rencontrer. Les choses vont dégénérer en règlement de compte. Un autre duo en miroir des deux précédents s’essaye à la drogue et fait vriller l’ambiance jusqu’au malaise. C’est à un travail choral, presque musical, que Guillaume Vincent engage ses huit comédiens en faisant tourner la distribution. Ce qui relie des mises en scène aussi différentes que Rendez-vous Gare de l’Est ou Songes et Métamorphoses, créations que l’on a pu voir à la Comédie, c’est l’amour et l’attention que le metteur en scène porte aux comédiens.

AVEC ÉMILIE INCERTI FORMENTINI, VICTOIRE GOUPIL, FLORENCE JANAS, STEFAN KONARSKE, CYRIL METZGER, ALEXANDRE MICHEL, KYOKO TAKENAKA, CHARLES-HENRI WOLFF ET UN ENFANT
DRAMATURGIE MARION STOUFFLET - SCÉNOGRAPHIE JAMES BRANDILY - LUMIÈRES NIKO JOUBERT – COSTUMES LUCIE BEN BÂTA

DANS LA PRESSE

On touche à l'essence de l'oeuvre de Carver : la détresse, la fêlure derrière le banal, des histoires de vie qui déraillent.
Ce patchwork singulier est cousu main sous nos yeux par neuf comédiens affûtés : tour à tour comiques et tragiques, à l'aise dans la distance et le tempo nerveux imposés, ils marquent avec subtilité les brisures et les emballements de leurs personnages (chacun en incarne deux). […] Le spectateur devra abandonner au vestiaire ses préjugés - sur Raymond Carver, sur les modes de représentation théâtrale de l'Amérique, et sur une certaine bienséance esthétique - pour goûter ce drôle et tendre spectacle, qui rit et pleure des tourments du couple et de la solitude de l'être.
Les Echos

 

Guillaume Vincent s’affirme de spectacle en spectacle comme un de nos meilleurs metteurs en scène. En choisissant d’adapter le génial et encore trop méconnu Raymond Carver, il relève un nouveau défi, qui vaut assurément le détour.
France Culture

 

Guillaume Vincent réussit à saisir le sel des portraits de Raymond Carver et l’utilise pour dessiner à son tour et avec brio une série de tableaux saisissants et troublants, où le rire tempère intelligemment l’acidité du propos pour le rendre encore plus incisif. Une réussite.
Theatrelle.com

 

Adapter et entrelacer six nouvelles de Raymond Carver avec finesse, légèreté et humour sans trahir l’auteur et poète, c’est le pari réussi de Guillaume Vincent.
Rue du théâtre

 

La direction d’acteur est ici très fine dans un jeu en équilibre qui adopte en tout point la langue directe et un peu surréaliste de Raymond Carver.
Toute la culture

Crédits : Gg, Elizabeth Carecchio

Production C.I.C.T.– Théâtre des Bouffes du Nord ; Cie MidiMinuit
Coproduction en cours
Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National et de l’École du Nord
La Cie MidiMinuit est soutenue par la DRAC Île-de-France - Ministère de la Culture