l m m j v s d
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
 
 
 
10 > 11 MAI
ven 10, 20H30 / sam 11, 18H00

Un mage en été

REPRISE

TEXTE OLIVIER CADIOT
MISE EN SCÈNE LUDOVIC LAGARDE
AVEC LAURENT POITRENAUX

Dans Un mage en été, notre Robinson ne court plus, il ne bouge plus. Son île est intérieure. Si le moteur du Colonel des Zouaves était la folie du travail, ce nouveau Robinson essaie de se défaire de sa maladie du trop bien faire et de sa compulsion digressive. Il est devenu un mage dont la boule de cristal est un outil de visions et de sensations lui permettant de vivre immédiatement ce qu’il voit. En visualisant des moments de sa vie quotidienne faite de petits faits divers, il se transforme en véritable "archéologue" de sa propre vie. Notre mage divague dans la boucle de ses souvenirs, poète du voyage immobile, en équilibre instable, comme en apesanteur. Un moment de poésie intense.

Durée 1h30

 

 

3 X ROBINSON : LE COLONEL DES ZOUAVES - UN MAGE EN ÉTÉ - PROVIDENCE

Le Colonel des Zouaves a inauguré en 1997 la collaboration entre Olivier Cadiot, Ludovic Lagarde et Laurent Poitrenaux. Au milieu d’autres pièces et d’autres projets du trio se dessine une envie persistante : exécuter un roman sur scène, déployer la voix et le corps dans une contrainte d’espace maximale, nous raconter mille histoires d’un trait. Il a fallu pour cela que Ludovic Lagarde tourne le livre à l’envers, l’adapte pour le porter en voix sur scène. Le metteur en scène a élaboré – avec le compositeur Gilles Grand et par la suite avec l’IRCAM – une machination sonore et gestuelle. On a vu avec surprise un homme qui court presque immobile sur scène en nous faisant défiler le décor du bout des doigts. Le Festival d’Avignon 2010 était l’occasion de reprendre cette étrange entreprise et de créer Un mage en été. Pourtant fabriquée avec les mêmes contraintes, l’histoire avait évolué : le domestique éperdu du Colonel était devenu un petit garçon qui refusait d’être Mage. Après le surmenage de Robinson, la détente dans un paysage ouvert. Au lieu de nous brancher sur un son intérieur, le personnage s’aventure en extérieur. Avec Providence, quelques années plus tard, les micros cachés dans les consciences sont devenus des partenaires. Par chance, les magnétophones mélancoliques peuvent servir à reconstruire des phrases et à trouver des formules. Laurent Poitrenaux va enchaîner ces trois épisodes – et même les trois dans la même journée. On verra  vieillir et rajeunir un personnage à vue d’œil.

En savoir + sur LE COLONEL DES ZOUAVES  et PROVIDENCE

SCÉNOGRAPHIE ANTOINE VASSEUR - LUMIÈRES SÉBASTIEN MICHAUD - COSTUMES FANNY BROUSTE - CONCEPTION IMAGE CÉDRIC SCANDELLA - DRAMATURGIE MARION STOUFFLET - RÉALISATION INFORMATIQUE MUSICALE IRCAM GRÉGORY BELLER - RÉALISATION SONORE DAVID BICHINDARITZ - CHORÉGRAPHIES ET MOUVEMENTS STÉFANY GANACHAUD - VIDÉO JONATHAN MICHEL - CODE CRÉATIF BRICE MARTIN-GRASER

Crédits : Gg, Marthe Lemelle

Coproduction la Comédie de Reims – CDN, Festival d’Avignon, Ircam/Les Spectacles vivants – Centre Pompidou, Centre dramatique national Orléans/Loiret/Centre
Le texte est publié aux Éditions P.O.L