l m m j v s d
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
 
 
 
7 > 11 MAI
mar 07, 20H30 / jeu 09, 19H30 / sam 11, 15H30

Le Colonel des Zouaves

REPRISE

TEXTE OLIVIER CADIOT
MISE EN SCÈNE LUDOVIC LAGARDE
AVEC LAURENT POITRENAUX

C’est la première fois qu’apparaît Robinson, héros récurrent dans l’œuvre d’Olivier Cadiot. Exilé dans  son entresol, ce domestique zélé tente d’améliorer son service. La conscience professionnelle tourne très vite à l’obsession dévorante. Il s’invente des méthodes de plus en plus complexes et inutiles comme Robinson dans son île, cherchant à contrôler à l’infini tous les stades de son travail. Pour un service parfait, il va enregistrer les conversations des gens qu’il sert, et devenir espion de fait. Le monologue central mélange en une seule phrase, propos de table, commentaires, fragments de discours et morceaux de dialogues. Pour échapper à ce cauchemar, notre héros file à fond dans la nature. Course à pied pour rassembler ses esprits.

Durée 1h30

 

 

3 X ROBINSON : LE COLONEL DES ZOUAVES - UN MAGE EN ÉTÉ - PROVIDENCE

Le Colonel des Zouaves a inauguré en 1997 la collaboration entre Olivier Cadiot, Ludovic Lagarde et Laurent Poitrenaux. Au milieu d’autres pièces et d’autres projets du trio se dessine une envie persistante : exécuter un roman sur scène, déployer la voix et le corps dans une contrainte d’espace maximale, nous raconter mille histoires d’un trait. Il a fallu pour cela que Ludovic Lagarde tourne le livre à l’envers, l’adapte pour le porter en voix sur scène. Le metteur en scène a élaboré – avec le compositeur Gilles Grand et par la suite avec l’IRCAM – une machination sonore et gestuelle. On a vu avec surprise un homme qui court presque immobile sur scène en nous faisant défiler le décor du bout des doigts. Le Festival d’Avignon 2010 était l’occasion de reprendre cette étrange entreprise et de créer Un mage en été. Pourtant fabriquée avec les mêmes contraintes, l’histoire avait évolué : le domestique éperdu du Colonel était devenu un petit garçon qui refusait d’être Mage. Après le surmenage de Robinson, la détente dans un paysage ouvert. Au lieu de nous brancher sur un son intérieur, le personnage s’aventure en extérieur. Avec Providence, quelques années plus tard, les micros cachés dans les consciences sont devenus des partenaires. Par chance, les magnétophones mélancoliques peuvent servir à reconstruire des phrases et à trouver des formules. Laurent Poitrenaux va enchaîner ces trois épisodes – et même les trois dans la même journée. On verra  vieillir et rajeunir un personnage à vue d’œil.

En savoir + sur UN MAGE EN ÉTÉ et PROVIDENCE

SCÉNOGRAPHIE LUDOVIC LAGARDE - MUSIQUE GILLES GRAND – LUMIÈRES SÉBASTIEN MICHAUD - COSTUMES VIRGINIE ET JEAN-JACQUES WEIL - AVEC LA PARTICIPATION ARTISTIQUE D’ODILE DUBOC, CHORÉGRAPHE

Crédits : Gg, Pascal Victor

Coproduction la Comédie de Reims – CDN, Compagnie Ludovic Lagarde, CDDB Théâtre de Lorient, Le Carreau – Scène Nationale de Forbach
Le texte est publié aux Éditions P.O.L.