l m m j v s d
 
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
 
9 > 18 JANVIER
mer 09, 19H30 / jeu 10, 19H30 / ven 11, 20H30 / sam 12, 18H30 / mar 15, 20H30 / mer 16, 19H30 / jeu 17, 19H30 / ven 18, 20H30

Salopards

TEXTE ET MISE EN SCÈNE FERDINAND BARBET
PAR LE COLLECTIF 17

Trois figures d’hommes et l’histoire d’une dynastie de poètes pour aborder le thème de l’hyper masculinité. Le grand-père célèbre est un homme à femmes tyrannique. Son fils à l’œuvre moins connue, aime le danger et frôler la mort. Le petit-fils refuse son héritage, et cache ses sentiments. Avec la présence électrique du groupe Potochkine sur scène.

Ferdinand Barbet, artiste associé de la Comédie, poursuit sa réflexion avec sa méthode particulière : explorer les faits de nos vies quotidiennes et les relier à des histoires très anciennes. Il cherche le point de contact entre des époques, comme on l’a vu superposer dans son Narcisse une scène de cour d’école et un drame antique. Ce n’est pas pour chercher des leçons chez les anciens et vouloir dramatiser le monde d’aujourd’hui de manière grandiloquente et cultivée. C’est le monde qui est dramatique et c’est sans doute l’épaisseur des liens entre des actions réelles et des œuvres  mythiques qui peuvent ouvrir notre grammaire commune. Le projet s’élabore par cercles concentriques. Ferdinand Barbet a fait le choix d’étudier trois figures d’hommes, un grand-père, un père, un fils. Une dynastie de poètes sur trois générations. Le grand-père est un homme à femmes tyrannique. Son fils est aussi poète. Mais son œuvre a beaucoup moins de succès que celle de ce père, mâle dominant qui règne sur sa descendance. Cependant il reprendra le flambeau. Il rejoue la carte de la virilité paternelle et fait de la course automobile par besoin d’adrénaline. Le petit-fils refuse son héritage, abandonne la plume et se réfugie dans le mutisme. Pas assez viril, peut-être ? Il va avoir du mal à se connecter au monde autour de lui. La même équipe de comédiens et d’artistes qui a construit Quelqu’un arrive et je ne me connais plus se lance dans l’aventure de Salopards, avec la présence survitaminée sur scène du groupe Potochkine.

AVEC SALIM-ÉRIC ABDELJALIL, LOUISE DUPUIS, BENJAMIN DUSSUD, LUCAS GENTIL, ÉLOÏSE HALLAUER, LUCILE OZA, CAMILLE SOULERIN, POTOCHKINE (PAULINE ALCAÏDÉ, HUGO SEMPÉ)
MUSIQUE POTOCHKINE - SCÉNOGRAPHIE CASSANDRE BOY - LUMIÈRE GAUTIER DEVOUCOUX – COSTUMES AUGUSTIN ROLLAND - SON ADRIEN KANTER - ASSISTANAT À LA MISE EN SCÈNE NAÏMA PERLOT--LHUILLIER

EN SAVOIR +

sur Ferdinand Barbet, metteur en scène associé à la Comédie de Reims

Crédit : Gg

Production la Comédie de Reims – CDN
Avec le soutien du Fonds d’Insertion pour Jeunes Artistes Dramatiques DRAC et Région PACA, de l’ENSAD Montpellier et du Fonpeps. Projet bénéficiant du Fonds d’Insertion pour Jeunes Comédiens de l’ESAD – PSPBB.