l m m j v s d
 
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31
 
 
 
 
 
 
 
28 février > 04 mars
mar 28, 20H30 / mer 01, 19H30 / jeu 02, 19H30 / ven 03, 20H30 / sam 04, 18H30

Amphitryon

TEXTE HEINRICH VON KLEIST
TRADUCTION RUTH ORTHMANN, ÉLOI RECOING
MISE EN SCENE SÉBASTIEN DERREY

La pièce de Molière revisitée par Heinrich von Kleist. Une tragi-comédie mythique.

Ce mythe ancien date du dramaturge latin Plaute, mais on le connait surtout dans la version de Molière. On se souvient que Zeus, désirant un fils, profite de l’absence du général thébain Amphitryon pour se glisser dans le lit de la très belle et vertueuse Alcmène. L’esclave Sosie est confronté lui aussi à son double, le dieu Mercure, et toute la pièce joue brillamment sur la question de celui qui joue à celui qu’il n’est pas, la question du rôle de l’acteur. Kleist reprend l’intrigue, mais la travaille à son tour avec ses obsessions, ses inquiétudes et ses doutes métaphysiques. C’est l’occasion de découvrir ce grand écrivain et dramaturge allemand, né en 1799, auteur du Prince de Hombourg et de Penthésilée. Sébastien Derrey a lu cette pièce comme un polar. Les personnages prennent une dimension nouvelle, Amphitryon opère une sorte de conversion vers l’amour, Alcmène ne sait plus si elle est éprise d’un dieu ou d’un homme... et même les dieux deviennent amoureux.

Durée 2h45

AVEC FRÉDÉRIC GUSTAEDT, OLIVIER HOREAU, CATHERINE JABOT, FABIEN ORCIER, NATHALIE PIVAIN, CHARLES ZEVACO

LUMIÈRE RONAN CABON – SCÉNOGRAPHIE OLIVIER BRICHET - SON ISABELLE SUREL - COSTUMES ÉLISE GARRAUD – MAQUILLAGE CÉCILE KRETSCHMAR
SPECTACLE CRÉÉ EN SEPTEMBRE 2016

LA PRESSE EN PARLE

La Croix, le 4 octobre 2016
Didier Méreuze
C'est cette écriture que Sébastien Derrey met tout aussi vertigineusement en scène, dans un espace où se confondent salle et plateau (...) et des cieux soudainement déchirés par la foudre jupitérienne. Sous sa gouverne, tout n'est que grâce, délicatesse, légèreté. Le tragique est là. L'humour aussi. Portées par des comédiens lancés à corps, à coeurs perdus dans leurs personnages, les scènes d'anthologie se multiplient.

 

Mediapart, le 10 octobre 2016
Jean-Pierre Thibaudat
C'est comme une scène renversée. On est de l'autre côté du théâtre comme on le dit des miroirs. Les personnages n'en sont que plus nus. (...) Une tension du calme dans une tempte d'événements déstabilisants.

 

Théâtre du blog, le 10 octobre 2016
Christine Friedel
Sébastien Derrey et ses acteurs ont trouvé le style de jeu qui convient à cette implacable expérimentation du double, dédoublé, déquadruplé et ainsi de suite. Tout cela dessiné comme à l'encre de Chine, et plein, sensible : l'émotion dit la vérité, et peut tromper.

 

Hottello, le 5 octobre 2016
Véronique Hotte
Les acteurs sont excellents, à la fois forts et fragiles, intensément présents et absents, diffusant l'équivoque du sentiment de dédoublement et de dépossession. (...) Une mise en scène persuasive et convaincante au service de l'art littéraire de Kleist.

Crédits : Gg, Willy Vainqueur

Production déléguée Migratori k. merado
Coproduction Maison de la Culture de la Seine Saint-Denis (MC93), Théâtre Garonne (Toulouse), Centre dramatique national de Besançon Franche-Comté, La Commune Centre dramatique national d’Aubervilliers
Avec l’aide de la DRAC Île-de-France, d’Arcadi Île-de-France/Dispositif d’accompagnements, de la SPEDIDAM, « la SPEDIDAM est une société de perception et de distribution qui gère les droits des artistes interprètes en matière d’enregistrement, de diffusion et de réutilisation des prestations enregistrées »
Avec le soutien du Studio-Théâtre de Vitry
Remerciements au théâtre de l’Echangeur (Bagnolet), Sabine Macher, Frédéric Vossier
Texte paru aux éditions Actes Sud