l m m j v s d
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31
 
 
 
 
 
3 rendez-vous
jeu 13, 18H00 / mer 01, 18H00 / mer 17, 18H00

Théâtre et philo

Regard et analyse sur une sélection de pièces avec René Daval, professeur de philosophie et psychanalyste

 

SONGES ET MÉTAMORPHOSES
jeudi 13 octobre 18h

Les thèmes de ce spectacle sont très variés. Nous aborderons celui de la métamorphose qui est d’abord le lot du comédien, professionnel ou amateur, qui devient un autre que lui-même. Les deux auteurs Shakespeare et Guillaume Vincent s’inspirent ici d’Ovide. Nous insisterons sur la notion de spectacle et de théâtre qui est au coeur des deux textes. Le thème du rêve est présent : on sait que Freud considère que le rêve réalise un désir et les deux pièces illustrent cette idée. Jung voit dans le rêve une confrontation avec les archétypes de l’inconscient collectif et l’on retrouve cette idée dans les deux textes, même si elle n’est pas exprimée en ces termes. Dans Métamorphoses de l’âme et ses symboles, Jung étudie le cas d’une femme désirant une aventure amoureuse, et voulant régresser vers sa mère. Cette femme est aussi fascinée par le mythe du héros. Nous confronterons ces thèmes avec les deux textes.

 

AMPHITRYON
mercredi 1er mars 18h

Nous réfléchirons à la question de l’identité : qu’est-ce que le moi et qu’est-ce qui permet – ou non – à autrui de le reconnaître. C’est une des interrogations de la pièce, manifestée par le personnage de Sosie notamment.
D’autre part, nous nous intéresserons à la vision caractéristique du romantisme de la passion qui anime les personnages de Kleist, et plus particulièrement Alcmène. Nous ferons appel à Kierkegaard pour mieux comprendre ce personnage qui vit une passion à la fois sensuelle et spirituelle.

 

MAYDAY
mercredi 17 mai 18h

La pièce de Dorothée Zumstein s’empare d’un fait divers effrayant survenu en Grande-Bretagne en 1968 : une jeune fille de onze ans a assassiné deux garçons de trois et quatre ans. Nous nous interrogerons sur le fonctionnement de la mémoire, la jeune meurtrière racontant son histoire à une journaliste. Le thème de la culpabilité sera aussi traité et la question du rapport entre les déterminismes sociaux et la liberté individuelle. Nous terminerons par une interrogation sur la conscience du bien et du mal, la jeune meurtrière n’ayant semble-t-il pas cette conscience lorsqu’elle a commis ses actes.

 

Entrée libre - réservation 03 26 48 49 10
ou rp@lacomediedereims.fr

Crédit : Gg